AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 waiting for hate to consume your heart ❧ jane-willow d.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
messages : 19
credits : Mistaken
adresse : 632 foxcroft street.
job : danseuse de jazz.


MessageSujet: waiting for hate to consume your heart ❧ jane-willow d.   Dim 1 Juil - 14:22


jane-willowdickens
Moi, je préfère être un corbeau.
NOM : DickensPRÉNOM : Jane-Willow, ses parents ont toujours eu un faible pour les prénoms composés. ☍ ÂGE : 26 ans. ☍ DATE ET LIEU DE NAISSANCE : 20 octobre à Greenwhich, qu'elle n'a que très peu quitté. ☍ ORIGINES : anglaises, bien sûr, et sang-mêlé, voire même très, très, très mêlé. ☍ JOB : danseuse de jazz ; la danse est dans les gênes Dickens même si, contrairement à son aînée et sa mère, JW abandonna vite le classique pour un tout autre style. ☍ SITUATION : bientôt célibataire. BAGUETTE : 31,8 centimètres, bois de houx, griffe d'hyppogriffe. Très réactive et parfois difficile à contenir. ☍ PATRONUS : un cygne. ☍ EPOUVANTARD: un bûcher où brûlent des formes indistinctes, probablement celles de ses sœurs... ☍ GROUPE: FEED ON FEAR.
Quelques Questions

Que représente Eaglesfield District pour vous ? C'est tout bonnement le quartier de ma naissance, de mon enfance, de mon adolescence, bref, de ma vie... Je ne l'ai quitté que pour aller à Poudlard et je revenais à chaque vacances. Je crois que je ne repartirai jamais, j'aime son parfum et ses rues, ses commerces, ses maisons que je connais par cœur. On pourrait croire que j'aurais préféré vivre dans un quartier sorcier, mais non ; on pourrait aussi dire que c'est l'habitude... Il est tellement familier, ce petit quartier paisible.
Comment avez vous réagit lorsque vous avez apprit que le Premier Ministre moldu a révélé l'existence de la communauté magique ? J'ai tenté de tenir la face au moins le temps de rentrer chez moi... et j'ai fondu en larmes. Je suis d'une nature assez sensible même si j'ai l'habitude de cacher mes émotions, mais là, là, ç'a dépassé tout ce que j'ai pu vivre dans ma vie. Les larmes étaient autant de tristesse que de peur, et autant de peur que de haine. Comment avait-il pu faire une chose pareille ? Ne comprenait-il pas les conséquences désastreuses qui s'en suivraient ? Il rompait un pacte vieux de centaines et de centaines d'années et mettait chacun de nous en danger. Je n'en ai pas dormi de la nuit. Je n'ai pas plus dormi la nuit suivante, mais, peu à peu, la haine s'est imposée face à la tristesse.
L'Organisation découvre que vous êtes un sorcier, que faites-vous ? Mais qu'est-ce que vous voulez que je fasse ? Quel choix me reste-t-il, à votre avis ? Je me bats, je me bats pour qu'ils laissent ma famille en paix, pour qu'ils partent ; je me bats pour ma vie et pour celle de mes proches – mes sœurs, elles passent avant tout. Je sais pertinemment jusqu'où eux sont capables d'aller – les bûchers et combien d'autres meurtres inavoués – et je peux vous jurer que je suis prête à pire.
Quelles sont vos habitudes, vos manies ? Ont-elles changé suite à l'annonce ? En apparence rien n'a changé. Je bois toujours autant de café. J'aime toujours autant les fleurs blanches, les choses rangées, les robes noires à épousseter au rouleau adhésif. Je donne toujours mes représentations de jazz, j'achète toujours des vinyles, je ne sale toujours pas ma viande. Je mets toujours de l'encens après avoir fumé une cigarette à l'intérieur – cigarettes un peu plus présentes, il faut le dire. Je danse toujours autant, peut-être même plus, je me noie dans le travail. J'ai toujours le même humour caustique. Toujours la même moue désenchantée quand quelque chose ne me plait pas. Toujours autant disponible quand ma famille va mal. Mais, au fond, quelques choses ont changé... les fissures sont là. Je suis à fleur de peau, prête à me briser. Pleure beaucoup plus au cinéma et à la fin des spectacles, quand la foule m'applaudit. Regarde derrière mon épaule quand je marche, sursaute dès que j'entends un bruit. Frôle la paranoïa. Suinte la peur. M'effondre dès que je me retrouve, seule depuis peu, dans mon lit king size. Les cernes se creusent, depuis un an ; mais le plafond n'a pas changé : maintenant je le connais par cœur.
Anecdotes

Ne cherche pas. C'est plus lointain que tout ce qu'il t'es indolore de retrouver. Elle avait treize ans pendant la guerre. Elle était jeune et insouciante. Elle riait tout le temps. A Poudlard elle avait des tas d'amis plus ou moins proches, elle les amusait avec son humour décapant et les émerveillait quand elle faisait les pointes – même si elle les faisait toujours moins bien que sa sœur aînée. Le Choixpeau l'avait envoyée à Gryffondor, après près de quatre minutes vingt-six de réflexion et d'attente, le record de cette année-là. « Serpentard peut-être ? Ton ambition et ton honneur t'y feraient une excellente place... » « Mais... je croyais être une Poufsouffle née... » « En un sens certes... du travail et de la loyauté en effet... Mais... hum... Peut-être pourrions-nous... GRYFFONDOR ! » La surprise avait été générale, mais finalement cette maison avait été parfaite pour Jane-Willow. Que l'on commença à prendre l'habitude de raccourcir parfois à Willow, ou même à Jane, indifféremment. Puis la guerre. Ivy-Blue avait même pas dix-huit ans, et Lily-Rose à peine cinq. Celle-ci était sur les genoux de leur père, ce soir de juillet où il prit cette décision : « Les filles, vous allez rester à Greenwich à partir de maintenant, jusqu'à ce que la situation... se calme. Vous n'irez pas à Poudlard. Et nous n'utiliserons plus aucune magie jusqu'à nouvel ordre. » C'était le seul moyen pour les Dickens, famille plus détestée encore par les temps qui couraient, de se protéger. Disparaître au milieu des moldus, après tout, ils faisaient déjà partie intégrante de ce paysage. Tout le monde connaissait les Dickens à Greenwich, une famille installée là depuis bien longtemps. C'était un choix de vie assez particulier et surtout assez mal vu que de vivre parmi les sans-pouvoirs quand on avait la « chance » d'en avoir. Mais les Dickens avaient fait ce choix à la fin de la seconde guerre mondiale, pendant le faste économique des années cinquante, et leurs enfants avaient renouvelé l'idée. Ce n'était pas par désamour de la magie, mais plutôt par goût des choses simples, doublé d'un mélange avec les moldus vieux de la nuit des temps. Les mauvaises langues disaient que bientôt les Dickens seraient dépourvus de pouvoirs magiques... mais à chaque naissance, on était forcé de constater que malgré la dilution extrême qu'on prêtait à leur sang, la magie coulait toujours dans leurs veines. L'ironie du sort fut qu'évidemment, les Dickens passèrent à travers la plupart des méfaits de la guerre grâce aux moldus... Jane-Willow passa donc une année plus calme que la majorité des élèves de Poudlard. Bien que pour la première fois, elle goûta à la peur, la vraie, celle qui prend dès le matin et ne relâche son étreinte que tard dans la nuit.
« Maman je veux faire du jazz je crois. » Elle avait débité ces quelques mots d'une traite. Quinze ans. Dont douze de danse classique. Douze ans pour se rendre compte qu'elle ne voulait pas ça, qu'elle préférait autre chose. Les tenues noires aux tutus blancs. Les rythmes modernes aux violons anciens. Madame Dickens tourna la tête vers sa fille, très lentement. Ivy-Blue, vingt ans, réussissait très bien tous les concours de danse classique auxquels elle participait et était en passe de devenir une danseuse étoile accomplie. Comme elle-même. La danse classique était dans la famille au même titre que la magie ou le s après le en. « C'est vraiment ce que tu veux ? » Jane-Willow opina du chef. C'était ce qu'elle voulait. Ce qu'elle ferait. Dès ses ASPIC en poches, elle revint dans le monde moldu cher à son cœur et intégra une prestigieuse école de jazz. Deux ans de formation et trois ans de perfectionnement. Willow devint une danseuse de jazz renommée, petit à petit, jusqu'à ce que ses cachets grossissent l'argent déjà versé par ses parents et qu'elle puisse s'acheter, seule, une villa avec piscine. Enfin, seule...

C'est le joyaux de ta mémoire, la cristallisation de ta solitude, c'est ton bijou... Il était assis sur l'un des fauteuils en velours doré du salon quand elle rentra. Tard. Elle avait prétexté un débriefing avec la troupe pour pouvoir aller à la réunion de la Ligue. La Ligue Magique. Sa peur avait pris le dessus. Elle ne pouvait plus supporter de craindre tout le temps, bloquée dans l'inaction... Être recrutée par la Ligue l'avait, étrangement, apaisée. Elle se sentait utile, elle se sentait se débattre de sa terreur. Alors elle rentrait tard, de plus en plus souvent. Et ce soir, il était là. Les avants-bras posés sur les genoux, le regard profondément ancré dans le vide. Mais Jane-Willow ne s'en aperçut pas de suite, elle ne s'affola pas immédiatement de la situation – non. De l'entrée, une petite porte coulissante entrouverte lui cachait le fameux fauteuil. Elle pensait qu'il était couché. Elle enleva ses boucles d'oreilles, rangea sa baguette au fond de son sac et passa dans la chambre à coucher pour tout déposer. C'est en s'asseyant délicatement sur son lit pour se déchausser qu'elle comprit que quelque chose clochait. Elle se releva. Marcha pieds nus vers le salon. Et il était là. Il leva lentement les yeux vers elle. Toutes les larmes du monde se reflétaient dans son regard.
Ethan.
Elle l'avait rencontré cinq ans et demi plus tôt. Il venait d’emménager dans le quartier, les Dickens habitaient en face. Elle lui avait apporté les cupcakes que sa mère avait préparé à l'occasion. Elle avait vingt ans, lui vingt-deux. Elle était en plein dans ses études de jazz, lui travaillait déjà au Ministère. De la Magie. Qu'ils soient tous les deux sorciers parmi les moldus les avait fait rire. Ils s'étaient aimé vite, d'un amour sans faille, presque parfait dirons-nous. Dans un premier temps, elle avait emménagé chez lui. Puis ils avaient acheté leur villa, ensemble, heureux, en imaginant les enfants qu'ils comptaient avoir dans quelques années à peine. C'était il y a presque deux ans. Ils s'étaient fiancés dans la foulée. Puis... puis... l'annonce... Jane-Willow s'était faite ombre. Les choses avaient traîné. « Si tu n'es pas assez forte pour le mariage maintenant, je comprends, je ne te presserai pas... Prends ton temps Jawill, on le fera quand tu seras prête... » Jawill. Il n'y avait que lui pour l'appeler comme ça. Que lui pour la rassurer comme ça. Que lui.
Elle sentit la douleur monter en elle. Elle savait ce qui allait suivre. Le simple fait de voir ces prunelles-là humides lui retournait le cœur. Ethan ouvrit la bouche, les sons qui en sortirent furent à peine audibles. Il tremblait. « On ne peut plus continuer comme ça. » Et voilà. Un premier rond de larme roula sur la joue pâle de Jane. Elle fuit immédiatement son regard. Les reproches étaient intenables. « Je ne vois pas du tout de quoi tu parles. » Bien sûr que si elle voyait. Si bien, si clair. Des semaines qu'elle ne voulait pas accepter l'évidence : elle était en train de le délaisser. Elle l'aimait tellement pourtant. Tellement. Il était le seul homme de sa vie, l'unique, celui qui valait tout ce qu'elle avait. Elle le délaissait. « Je, je peux plus, moi !  » Sa voir s'était élevée, brisée. Les larmes s'écrasaient sur le sol avec ce qui, dans l'atmosphère de la pièce, ressemblait le plus à un fracas. « Je m'en vais Jawill. » Elle eut un éclat de rire jaune entre ses sanglots silencieux. Elle arracha d'un revers de la main ce qu'il restait d'eau sur ses joues. « Alors c'est ça, c'est fini ? » Il se leva. S'approcha d'elle. Elle était grande, à sa taille. Elle plongea ses yeux dans les siens. Cela la frappa encore plus violemment qu'auparavant : elle l'aimait. D'un geste brusque, elle s'approcha, attrapa sa nuque, chercha ses lèvres – mais c'était trop tard. Il la repoussa, doucement. Elle le regarda une dernière fois. Puis, du bout des lèvres, il signa comme leur arrêt de mort, à tous les deux : « Mes affaires sont prêtes. »

Présentement, et il faut t'en excuser, ta vie brisée fume comme un pompier. Ethan est parti depuis six mois. Elle ne l'a pas revu depuis. Elle l'a évité au maximum, il a dû faire la même chose de son côté... Ses parents n'ont pas compris, non, les Dickens ne comprennent pas. Ils ne comprennent pas ce qu'ils arrivent à voir, la partie émergée de l'iceberg : pourquoi le fiancé de leur fille chérie l'a-t-il laissée ? Alors qu'elle est si belle, si douée ; alors qu'elle n'a en rien changé ? Jane-Willow leur cache tout. Les pleurs, désormais, c'est seule qu'elle les assume. La Ligue, c'est son problème. Cela tuerait probablement ses parents d'apprendre que leur fille, leur propre fille, s'est tournée vers la vengeance plutôt que vers leur pacifisme coutumier. Elle va à contre-sens... Ce n'est pas d'hier. Toute la rancœur accumulée toutes ses années ressort maintenant, dans son esprit torturé. Elle se l'avoue aujourd'hui : le vilain petit canard de la famille, c'est elle. Elle fait du jazz quand ils font tous du classique. Sa blondeur s'est muée en rousseur au fil des années. Elle n'est pas Ivy. Oh, Ivy-Blue... la fille parfaite. Au fond elle lui en a toujours voulu d'incarner cette perfection. Elle l'admire beaucoup trop pour ne pas être teintée de peine. Elle ne veut pas la décevoir, elle non plus, mais cela devient de plus en plus difficile. Écouter ses beaux discours sans haine envers ces moldus qui brûlent les leurs. Personne ne sait pour la Ligue, chez les Dickens. Exceptée Lily-Rose. Willow s'est beaucoup rapprochée de sa petite sœur en ces temps difficiles. Elle a tellement bien réagi, c'était tellement inespéré. Elle a dit : « C'est ton choix. » Et JW a fondu en larmes, jetée dans les bras de sa cadette. Elle est si jeune, et si compréhensive pourtant. Jane-Willow tient tellement à elle... Pourtant, elle sait que quand la vérité éclatera au grand jour, Ivy lui en voudra de n'avoir rien dit, d'avoir été dans la confidence. Et elle s'en veut pour ça. Mais avec un peu de chance, jamais la vérité n'éclatera, jamais...


Derrière l'écran

pseudonyme/prénom : bas-bleu, ou MJ si tu veux. ☍ âge : presque quinze ans. ☍ fréquence de connexion : sept sur sept sauf contre-ordre, c'est l'été mec !célébrité : lana del rey ♥. ☍ double compte ? ma religion me l'interdit (a). ☍ crédits images : tumblr. ☍ comment as-tu connu le forum ? bazzart of course. ☍ tes premières impressions ? ça pète, le contexte me tue et le design est beauuuu. ☍ code règlement : OK (émilie). ☍ un dernier mot ? : KAWABUNGAAAA !.


Dernière édition par Jane-Willow Dickens le Jeu 5 Juil - 10:18, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
IN THIS WORLD OF DREAMS I AM INDESTRUCTIBLE.
avatar
messages : 561
credits : cristalline ; caelins
adresse : 666 foxcroft street
job : historienne


MessageSujet: Re: waiting for hate to consume your heart ❧ jane-willow d.   Dim 1 Juil - 14:30

Bienvenue :)
Je te réserve Lana pour 5 jours.

_________________


    how should he know the wily witch with sweet white face and raven hair who, through her art, bewitched his heart and held him there. FOR SHE IS QUEEN OF SHADOWLAND.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
THE WORLD IS IN OUR HANDS
avatar
messages : 739
credits : avatar ©cristalline / gif ©tumblr
adresse : 625, Foxcroft Street
job : auror


MessageSujet: Re: waiting for hate to consume your heart ❧ jane-willow d.   Dim 1 Juil - 14:36


Bienvenuuue I love you

_________________

I was looking for a breath of life. For a little touch of heavenly light. But all the choirs in my head say no. To get a dream of life again. A little vision of the sight at the end. But all the choirs in my head say no. But I would need one more touch. Another taste of heavenly rush. And I believe, I believe it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
messages : 19
credits : Mistaken
adresse : 632 foxcroft street.
job : danseuse de jazz.


MessageSujet: Re: waiting for hate to consume your heart ❧ jane-willow d.   Dim 1 Juil - 14:47

Merci vous deux
Emma et Katie, et quels pseudos
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SAVE THE LAST DANCE FOR ME
avatar
messages : 179
credits : cristalline (avatar) - tumblr + peperland (signature)
adresse : 224 wolfland road, londres.
job : agente du service de sécurité rapprochée du premier ministre moldu.


MessageSujet: Re: waiting for hate to consume your heart ❧ jane-willow d.   Dim 1 Juil - 15:02

    Bienvenue sur le forum ! I love you

_________________
I NEVER STOP FALLING FOR YOU.
l'amour est une catastrophe magnifique: savoir que l'on fonce dans le mur et accélérer quand même ; courir à sa perte, le sourire aux lèvres ; attendre avec curiosité le moment ou cela va foirer. l'amour est la seule déception programmée, le seul malheur prévisible dont on redemande.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
⊱ YOUR LOVE IS DEADLY

avatar
messages : 142
credits : cristaline
adresse : 426, Wolfland road
job : Gérante d'un magasin de prêt à porter


MessageSujet: Re: waiting for hate to consume your heart ❧ jane-willow d.   Dim 1 Juil - 16:23

Bienvenue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://brightwall.forumactif.com/

avatar
messages : 160
credits : avatar - cristalline ; signature - mlle-superfilleciel ;
adresse : 456 wolfland road ;
job : architecte ;


MessageSujet: Re: waiting for hate to consume your heart ❧ jane-willow d.   Dim 1 Juil - 16:28

bienvenue I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
messages : 19
credits : Mistaken
adresse : 632 foxcroft street.
job : danseuse de jazz.


MessageSujet: Re: waiting for hate to consume your heart ❧ jane-willow d.   Lun 2 Juil - 22:42

Merci beaucoup bande de belles gosses
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
messages : 42
credits : waterfall


MessageSujet: Re: waiting for hate to consume your heart ❧ jane-willow d.   Mer 4 Juil - 10:56

LANNAAAA
Bienvenue sur BW I love you bonne chance pour ta fiche :)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
messages : 19
credits : Mistaken
adresse : 632 foxcroft street.
job : danseuse de jazz.


MessageSujet: Re: waiting for hate to consume your heart ❧ jane-willow d.   Jeu 5 Juil - 8:35

LOGAAAAAAA[...]N ! Hum, il va nous falloir du lien jeune homme
Merci ! Je pense la finir dans la journée ♥️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
messages : 38
credits : Queen G.
adresse : 627, Foxcroft Street
job : Auror


MessageSujet: Re: waiting for hate to consume your heart ❧ jane-willow d.   Jeu 5 Juil - 8:48

Bienvenue sur le forum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
messages : 19
credits : Mistaken
adresse : 632 foxcroft street.
job : danseuse de jazz.


MessageSujet: Re: waiting for hate to consume your heart ❧ jane-willow d.   Jeu 5 Juil - 10:21

Han mais il n'y a que des dieux dans cette famille Hemsworth ! Merci à toi ♥️

Je pense avoir fini ma fiche I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
messages : 279
credits : enjoy.
adresse : 861 foxcroft street.


MessageSujet: Re: waiting for hate to consume your heart ❧ jane-willow d.   Jeu 5 Juil - 10:58

J'aime assez l'histoire, que je trouve bien rédigé. Cependant il y a quand même quelques fautes, il faudrait que tu fasses donc plus attention à l'avenir. Wink

Je te valide donc ! N'oublies pas d'aller réserver ton avatar dans le bottin, voir les annexes (si ce n'est déjà fait) ainsi que de répertorier logement et emploi dans la partie gestion (: & n'oublie pas ; amuse toi bien parmi nous !

_________________

    ▽ the cycle repeated as explosions broke in the sky. « J’étais très bien comme j’étais, occupé à me détruire, et puis tu t’es pointée et tu m’as dis de me bouger, et pour la première fois de ma vie j’ai eu l’impression que quelqu’un en avait quelque chose à foutre de ma gueule et que cette personne méritait que je fasse des efforts. J’ai merdé sur toute la ligne je l’admets, t’imagines pas comme je regrette. Je t’aime, t’es tout ce que j’ai au monde... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
messages : 19
credits : Mistaken
adresse : 632 foxcroft street.
job : danseuse de jazz.


MessageSujet: Re: waiting for hate to consume your heart ❧ jane-willow d.   Jeu 5 Juil - 11:01

Désolée, j'avoue ne pas m'être excessivement relue... Foutue impatience Arrow Je serai plus vigilante !

Merci I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: waiting for hate to consume your heart ❧ jane-willow d.   

Revenir en haut Aller en bas
 

waiting for hate to consume your heart ❧ jane-willow d.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Cadaver Heart
» Team : Heart of Rathalos (ouverte à tous)
» la hate des sorts
» Arcana Heart / Arcana Heart Full (pcb)
» Tableau de seuil Hate
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BURNING WITCHES :: 
time to take your responsabilities
 :: Show who you are. :: Welcome in town !
-