AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 JACK ♦ KEEP CALM AND BELIEVE IN MAGIC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
messages : 160
credits : avatar - cristalline ; signature - mlle-superfilleciel ;
adresse : 456 wolfland road ;
job : architecte ;


MessageSujet: JACK ♦ KEEP CALM AND BELIEVE IN MAGIC   Ven 29 Juin - 9:15


Jackeline « Jack » Sterling
harder, better, faster, stronger
NOM : sterling. ☍ PRÉNOM : elle n'en a qu'un seul : jackeline. souvent troqué pour jack. ☍ ÂGE : 22 ans. ☍ DATE ET LIEU DE NAISSANCE : 17 avril 1990, greenwich. ☍ ORIGINES : anglaises. ☍ JOB/ÉTUDES : employée dans un cabinet d'architectes, même si elle n'y a pas mis les pieds depuis plusieurs semaines (et risque le licenciement). ☍ SITUATION : célibataire. ☍ GROUPE: perfectly normal.
Quelques Questions

Que représente Eaglesfield District pour vous ? Eaglesfield District, c'est ma ville natale, là où j'ai passé mon enfance. Naturellement, c'est donc un endroit qui compte beaucoup pour moi. À vrai dire, je ne m'imagine pas vivre ailleurs. Je suis née à Eaglesfield District, j'y ai grandi. Je suis allée à Londres pour le besoin de mes études supérieures, mais sitôt celles-ci terminées, je suis revenue à mes terres. On a parfois des envies d'évasion, de voyage, d'aventure. Ça ne dure jamais bien longtemps. À peine ai-je mis le pied ailleurs qu'Eaglesfield District me manque. C'est sans doute le seul endroit sur terre où je me sens chez moi.
Que pensez-vous de l'annonce du Premier Ministre Templesmith, il y a un an, sur l'existence des sorciers ? J'ai été scotchée, cependant pas si surprise que ça. Depuis toute petite, je crois à la magie, aux sorciers. Les gens me prennent pour une folle – correction, me prenaient pour une folle. Parce que je les mettais en garde contre les vampires, parce que je préférais la lecture d'anciens grimoires plutôt que des classiques de la littérature anglaise, entre autres choses. Alors croyez-moi, j'ai été ravie quand le Premier Ministre nous a révélé l'existence de vrais sorciers. Sans doute était-ce maladroit et déraisonnable de crier de secret au grand jour – mais peu m'importait, je me réjouissais seulement d'une telle nouvelle.
Un membre qui vous est cher se révèle être un sorcier, comment réagissez-vous ? Qu'on se le dise : si l'un de mes proches était un sorcier, il me l'aurait dit depuis bien longtemps. S'il existe une moldue passionnée par la sorcellerie, c'est bien moi, et aucun de mes proches n'auraient pu trouver une seule bonne raison de ne pas me révéler son secret. Toutefois, dans l'hypothèse (absurde et invraisemblable) où l'une des personnes qui m'est chère se révélerait être un sorcier (ou une sorcière), ma réaction serait sans doute de lui passer un savon pour ne pas me l'avoir dit plus tôt. Dans un premier temps. Ensuite, je la harcèlerais pour tout connaître de son monde (dans les moindres détails) et pour qu'elle m'aide à en faire partie.
Quelles sont vos habitudes, vos manies ? Ont-elles changé suite à l'annonce ? je me fais communément appelée Jack. j'ai toujours l'impression de me faire engueulée quand on m'appelle Jackeline ; je tiens à mon café noir avec trois sucres et à mon orange pressée le matin ; j'ai une cicatrice tout le long de mon épaule droite, vestige de ma crise d'adolescente et de ma courte passion pour la moto ; je n'ai pas d'animaux, mais ma maison se transforme régulièrement en refuge pour animaux. même si, généralement, ils ne restent pas bien longtemps, j'aime beaucoup les animaux ; je fais un footing au moins trois fois par semaine ; je déteste la solitude – avec un peu trop d'alcool, j'ai tendance à la combler avec n'importe qui ; je suis incapable de cuisiner quoi que ce soit de mangeable. je me contente donc de commander de la nourriture tous les soirs, ou presque ; j'ai commencé une 'collection' d'objets venant du monde sorcier. en ma possession à ce jour : un rapeltout, trois mornilles et six noises, neuf cartes de chocogrenouille, un vieux chaudron en bronze, un livre de potions (ne me manque plus que des ingrédients pour pouvoir réaliser quelques potions), un autre d'histoire de la magie, mais aussi un balai magique, dont je doute d'ailleurs qu'il soit réellement magique puisque je n'ai jamais réussi à le faire voler ; quand je suis dans une situation délicate ou que je suis nerveuse, je me propose pour faire du thé ; je rêve de faire le tour du monde, mais pas tout de suite ;

Derrière l'écran

pseudonyme/prénom : anjel/angèle. ☍ âge : 19 ans. ☍ fréquence de connexion : quotidienne, sinon presque. ☍ célébrité : blake lively. ☍ double compte ? nop'. ☍ crédits images : bannière © THERIGHTGIRL. ☍ comment as-tu connu le forum ? sur bazzart. ☍ tes premières impressions ? remarquables. ☍ code règlement : OK FLOW. ☍ un dernier mot ? : je jure solennellement que mes intentions sont mauvaises .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
messages : 160
credits : avatar - cristalline ; signature - mlle-superfilleciel ;
adresse : 456 wolfland road ;
job : architecte ;


MessageSujet: Re: JACK ♦ KEEP CALM AND BELIEVE IN MAGIC   Ven 29 Juin - 9:15

Dans mon monde, la magie, c'est un type qui fait des tours de cartes. Ou qui découpe une jolie demoiselle en deux. Très impressionnant... Mouais. Dans mon monde, quand vous dîtes ouvertement que vous croyez à la sorcellerie, on vous regarde de haut et on vous répond, l'air hautain, « et le Père-Noël aussi tu y crois ? » Si en plus, comme moi, vous protégez votre maison contre les vampires ou si vous lisez des grimoires de sorcellerie écrits en latin, aux yeux du commun des mortels vous êtes bon pour l'asile. Du moins, il en était ainsi.


Certains voient le verre à moitié vide. D'autres à moitié plein. Pour quelques-uns, le verre n'a pas de fond – plus, plus, on en veut toujours plus. C'est généralement mon cas. Sauf qu'à ce moment-là, le verre était complètement vide. J'avais beau le porter à mes lèvres et le retourner dans tous les sens, pas une seule goutte. « J'ai eu une bourse pour faire du hockey en Suède. » Et maintenant, voilà que le verre tombait par terre et se brisait en mille morceaux. Que je vous explique : d'abord, mes parents étaient morts. Bon, cela faisait quelques années qu'ils étaient morts, mais le fait est qu'ils étaient toujours morts. C'étaient des parents adorables. Maman s'appelait Verity Sterling. Elle était auxiliaire de vie à mi-temps – l'autre moitié de son temps nous était consacrée, à Théo et moi, ainsi qu'à notre éducation. C'était une cuisinière hors-pair, elle était attentionnée et minutieuse et elle nous laissait manger autant de bonbons qu'on le souhaitait. Papa, George Sterling, était un simple employé de banque. Il avait de petites rides aux coins des yeux quand il souriait, il aimait regarder le sport à la télé, en faire avec nous encore plus, on montait sur ses épaules pour être grands et il ne disait rien, même si ça lui été douloureux. Ils donnaient tout pour nous. On n'avait pas les moyens de quitter Greenwich, ni même de partir en vacances. Mais ils s'étaient débrouillés pour mettre un peu d'argent de côté afin que je puisse aller à l'université, à Londres. J'étais une élève très intelligente, surdouée à dire vrai. Ils étaient très fiers de moi. Ils sont morts juste avant que j'aille à la fac. À environ six mois d'intervalle. Papa est mort d'un cancer du poumon juste avant Noël. Maman était tellement triste, je ne mesurais pas l'ampleur de son chagrin. Je crois que c'est ça qui l'a tuée. Une crise cardiaque, quelques semaines seulement avant que j'obtienne mon diplôme. « Tu ne peux pas partir. » affirmai-je avec force, comme pour me convaincre moi-même. Déjà, il y avait mes parents qui, en mourant, avait vidé une bonne partie de mon verre. Ensuite, il y avait le boulot. J'avais obtenu mon diplôme d'architecture avec brio, à seulement vingt-et-un ans, à peine. Et puis j'avais été rapidement embauchée dans un cabinet d'architectes. En tant que stagiaire-femme à tout faire-bonniche-serveuse de café-attachée à la photocopieuse-jouet humain. Un véritable calvaire, bien au-dessous de mes capacités. Et mes collègues – mes bourreaux –, tous des hommes fiers et satisfaits de me voir à cette place. La petite Jack, toute jeune, toute souriante, toute mignonne, c'était un véritable plaisir de la soumettre. Ils me regardaient tous avec ce sourire suffisant, teinté de perversion, que je rêvais de voir s'effacer de leurs visages. Un café, Jack. Appelez-donc ma femme et prétendez que j'ai passé la nuit à travailler, Jack. Jack, passez-donc au pressing me prendre ma veste. N'oubliez pas ma monnaie, Jack. Jack, passez-donc sous mon bureau, je verrais ensuite ce que je peux faire pour vous. Et je n'exagère pas. À peine. « Si, je peux. » me contredit-il sans prendre les pincettes. Parce qu'en plus des parents morts et du boulot de merde, mon principal problème, c'était les hommes. La liste des représentants de la gente masculine qui m'avaient fait souffrir, ou perdre mon temps, ou les deux, était longue. Et aujourd'hui, mon propre frère se rajoutait à la liste. Il ne restait plus qu'un fond de rien du tout dans le verre. D'abord, il y avait eu la fac. Quand vous entrez à la fac à tout juste quinze ans, rien n'est facile dans les relations avec les autres. Surtout avec les garçons. Andy, Porter, Matt, Kyle et Dean s'étaient succédé auprès de moi avec un seul but : me déflorer. Ils y avaient mis toute leur énergie, tout leur temps, toute leur force. Dean avait fini par y parvenir. Trois jours plus tard, il s'envoyait en l'air avec Millicent Carrow et publiait une vidéo de leurs ébats sur internet. Ensuite, il y a eu Josh, qui m'a utilisée comme couverture parce qu'il était gay. Barney était adorable mais il en faisait trop : genre maison, mariage, bébés... Et puis, à la fin des années université, il y a eu Rory et Alexane, mais ça n'a pas duré, pas marché et je préfère ne pas en parler. Juste après avoir obtenu mon diplôme, j'ai été engagée comme stagiaire. Je sortais alors avec Sean qui s'est révélé être marié et père de famille. Mais comme je l'aimais beaucoup, je suis restée avec lui. Jusqu'à ce qu'il me brise le cœur en me quittant pour sa secrétaire. Le dernier en date s'appelait Nate. Et c'était mon patron. Inutile de préciser qu'il s'est attaché à me pourrir ma vie professionnelle. Genre, une pipe ou je te vire. Un calvaire. Bien heureusement, il a fini par être muté à New-York et il ne m'a jamais manqué, même s'il était carrément canon. « Je t'en prie Théo, ne me laisse pas toute seule. » Ajoutez à tout cela le fait qu'on me regarde de haut et se moque de moi parce je suis passionnée par la sorcellerie et le surnaturel ; mon don inné pour tomber et toutes autres maladresses ; le fait que certains de mes amis me conseillent le plus gentiment du monde d'aller voir quelqu'un ; et puis, maintenant, mon frère qui partait vivre en Suède – comprenez donc bien que mon verre était archi-vide. « Désolé. » Et moi donc. Théo me prit dans ses bras. Il s'excusa. M'embrassa le front. Il s'excusa encore. Me promit d'appeler une fois par semaine. Et puis il s'en alla. Je laissai alors les larmes couler. J'allumai la télévision, pour me distraire. À travers mes yeux embués de larmes, je ne distinguais pas tout, mais je reconnus le Premier Ministre. Ça avait l'air sérieux. J'entendis un cri, qui venait sûrement des voisins d'en face. J'attrapai la télécommande, la pointai en direction du poste de télévision et augmentai le son. Le Premier Ministre apparus et disparus de l'image pour laisser place à l'un des présentateurs phares du journal télévisé. Il avait le front dégarni, des lunettes rondes et un sourire crispé. « Résumons la situation... » commença-t-il d'un air sérieux. Le reste, c'était tout un tas de mots, d'explications qui me paraissaient aussi évidents qu'insensés. Magie. Sorciers. Clandestins. Sorcellerie. Cachés. Prudence. Voilà les mots qui revenaient. Mes larmes cessèrent de couler. J'esquissai même un sourire. Quelqu'un était en train de remplir mon verre. À raz-bord.

« À ton tour. » Ses lèvres s'étirèrent en un sourire mutin et elle me lança le gallion que j'attrapai au vol. Je regardais la grosse pièce d'or toute brillante entre mes mains, puis je levai les yeux vers Ashton. Elle était belle. C'était plus que ça, même. Elle avait une sorte d'aura autour d'elle qui la rendait belle et invulnérable. C'était ça qui me plaisait. J'aimerais bien être belle et invulnérable, moi aussi. « Vas-y. T'as peur de quoi ? » Elle me provoquait. Parce qu'elle savait qu'avec cette toute petite phrase, je ne pouvais pas dire non. Peur, moi ? Jamais ! Je fis tourner la pièce entre mes doigts, et je sentais Ashton brûler d'impatience. Elle voulait voir ce dont je suis capable, jusqu'où je pouvais aller. En règle générale, je ne me fixais pas de limites. J'étais capable de tout, d'autant plus par défi. Avec elle, ce n'était pas pas la même chose. Ashton avait ce quelque chose d'intimidant et de fascinant qui me faisait parfois perdre tous mes moyens, à mon plus grand désarroi. Toutefois il était rare qu'elle me laisse lancer le défi. Je ne comptais pas laisser passer ma chance. « Pile, tu m'emmènes sur le Chemin de Traverse. Face, je t'emmène faire les boutiques. » C'était le jeu. Pile ou face. La plupart du temps, les défis étaient juste fun, mais anodins. Quand c'était mon tour, j'essayais d'en tirer avantage pour en apprendre plus sur ce monde magique qui nous avait été caché. Quelques fois, souvent à l'initiative d'Ashton, les défis étaient un peu plus osés. Par exemple, elle m'avait fait raconté quelques anecdotes assez gênantes. J'avais dû lui donner ma culotte – celle que je portais à ce moment-là. Et je lui avais fait un massage des pieds. J'avais aussi hurlé des abominations à la fenêtre, fait un doigt d'honneur à un motard vraiment impressionnant et simuler un orgasme au téléphone avec un inconnu. Ashton m'avait quant à elle montré quelques trucs qu'elle savait faire avec son corps (mais rien de sexuel, non non), m'avait donné un livre d'histoire de la magie, un balai et des chocogrenouilles, m'avait expliqué un certain nombre de choses sur son monde, confié quelques-unes de ses pensées les plus personnelles et raconté ses expériences (sexuelles cette fois-ci) les plus mémorable et/ou insolites. Entre autres. « Okay. » Ce défi n'était pas assez audacieux pour lui plaire, encore moins pour susciter son enthousiasme, mais elle s'en contentait. Sans doute devinait-elle que mon but premier était de découvrir par moi-même ce monde qui m'était encore interdit. Par ailleurs, c'était une mordue de shopping, sa préférence irait donc sans aucun doute à la seconde proposition. Si elle m'appréciait et comprenait ma passion pour le monde magique, elle se devait de respecter certaines règles et de ne pas aller trop loin – même si elle était insouciante et ne se fixait aucune limite. Sous son regard perçant qui me mettait presque mal-à-l'aise, je lançai le gallion qui rebondit sur le sol en un tintement sonore avant de finalement retomber... côté face. Ashton me dévisagea avec un sourire satisfait. Ce n'était visiblement pas aujourd'hui que je visiterais le monde magique. Or je n'étais pas d'une patience exemplaire, loin de là. Je grimaçai et me levai donc, enfilai une petite veste en laine et me mis en quête de mon sac à main. Je sentis alors la main longue et chaude d'Ashton se poser sur mon avant-bras. Je me tournai vers elle. Comme à son habitude, elle affichait un sourire espiègle, en outre un brin provocateur. « Laisse tomber. On ira faire les boutiques un autre jour. Peut-être même que je me glisserai dans ta cabine d'essayage. » Son sourire s'élargit, grivois. Elle passa une main dans ses longs cheveux et s'en retourna prendre la pièce que j'avais laissée sur la table. Ses longs cheveux soyeux, sa taille de guêpe, ses courbes parfaitement généreuses, son tempérament de feu, son sourire provocateur à souhait, son incroyable insolence et sa manie de toujours prendre les choses en main étaient autant de raisons d'apprécier d'autant plus notre petit jeu. Elle prit le gallion dans ses mains, comme si c'était un objet précieux et unique. Elle se tourna vers moi, se mordit la lèvre inférieur. J'aurais donné n'importe quoi pour connaître les idées folles et perverses qui lui traversaient l'esprit. « Pile, je te donne le livre de potions qui est dans mon sac. Face, je t'embrasse. » dit-elle de façon presque théâtrale. Tout simplement. Pour être parfaitement honnête, les deux possibilités me plaisaient bien. Je me voyais déjà, penchée au-dessus de mon chaudron, le livre posé à côté de moi, mélangeant un liquide verdâtre fumant contenant notamment des yeux de crapaud et des crochets de serpent. Ashton ne me laissa pas le temps de réfléchir davantage sur l'autre possibilité – ce qui, au fond, n'était pas plus mal. Elle lança la grosse pièce dans les airs, laquelle retomba sur la table. De là où j'étais, je ne pouvais pas voir de quel côté le gallion était retombé. Ashton regarda le résultat, puis elle mit le gallion dans sa poche et s'approcha de moi, la démarche lente mais néanmoins déterminée. Son sac est posé un peu plus loin, sur une chaise. Elle ne se dirigeait pas de ce côté. Elle s'approchait de moi. Jusqu'à être dangereusement proche. Jusqu'à ce que je n'aie aucun doute concernant le côté sur lequel la pièce était retombée. Son souffle vint caresser mes lèvres. Je n'osais pas bouger d'un millimètre, sans quoi mes lèvres entreraient inévitablement en contact avec les siennes. Elle esquissa un sourire et ses lèvres effleurèrent les miennes. Je fermai les yeux. Quelques secondes passèrent. Rien. Pas de baiser. Elle déposa un livre entre mes mains. J'eus tout juste le temps d'ouvrir les yeux que je la vis disparaître dans un crac sonore. Elle arborait son habituel sourire narquois.


Dernière édition par Jack Sterling le Ven 29 Juin - 9:56, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité


MessageSujet: Re: JACK ♦ KEEP CALM AND BELIEVE IN MAGIC   Ven 29 Juin - 9:17

Blake Bienvenue et bonne chance pour ta fiche Si tu as la moindre question, n'hésites pas (a)
Revenir en haut Aller en bas
THE WORLD IS IN OUR HANDS
avatar
messages : 739
credits : avatar ©cristalline / gif ©tumblr
adresse : 625, Foxcroft Street
job : auror


MessageSujet: Re: JACK ♦ KEEP CALM AND BELIEVE IN MAGIC   Ven 29 Juin - 9:17


BLAKE BLAKE BLAKE elle t'est réservée pour 5 jours I love you
bienvenue

_________________

I was looking for a breath of life. For a little touch of heavenly light. But all the choirs in my head say no. To get a dream of life again. A little vision of the sight at the end. But all the choirs in my head say no. But I would need one more touch. Another taste of heavenly rush. And I believe, I believe it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
IN THIS WORLD OF DREAMS I AM INDESTRUCTIBLE.
avatar
messages : 561
credits : cristalline ; caelins
adresse : 666 foxcroft street
job : historienne


MessageSujet: Re: JACK ♦ KEEP CALM AND BELIEVE IN MAGIC   Ven 29 Juin - 9:18

I love you Blake.
Bienvenue et bonne chance avec ta fiche :)

_________________


    how should he know the wily witch with sweet white face and raven hair who, through her art, bewitched his heart and held him there. FOR SHE IS QUEEN OF SHADOWLAND.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
messages : 160
credits : avatar - cristalline ; signature - mlle-superfilleciel ;
adresse : 456 wolfland road ;
job : architecte ;


MessageSujet: Re: JACK ♦ KEEP CALM AND BELIEVE IN MAGIC   Ven 29 Juin - 9:20

merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
THE WORLD IS IN OUR HANDS
avatar
messages : 739
credits : avatar ©cristalline / gif ©tumblr
adresse : 625, Foxcroft Street
job : auror


MessageSujet: Re: JACK ♦ KEEP CALM AND BELIEVE IN MAGIC   Ven 29 Juin - 10:06


Ta fiche est juste superbe et ton personnage, mon dieu que je l'aime

Je te valide! N'oublies pas d'aller voir les annexes (si ce n'est déjà fait) ainsi que de trouver un logement & un emploi dans la partie gestion I love you

_________________

I was looking for a breath of life. For a little touch of heavenly light. But all the choirs in my head say no. To get a dream of life again. A little vision of the sight at the end. But all the choirs in my head say no. But I would need one more touch. Another taste of heavenly rush. And I believe, I believe it.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
messages : 160
credits : avatar - cristalline ; signature - mlle-superfilleciel ;
adresse : 456 wolfland road ;
job : architecte ;


MessageSujet: Re: JACK ♦ KEEP CALM AND BELIEVE IN MAGIC   Ven 29 Juin - 10:09

oh, merci ça me fait trop plaisir
& re-merci I love you
j'y vais de ce pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
messages : 279
credits : enjoy.
adresse : 861 foxcroft street.


MessageSujet: Re: JACK ♦ KEEP CALM AND BELIEVE IN MAGIC   Ven 29 Juin - 10:14

Bienvenue ! I love you

_________________

    ▽ the cycle repeated as explosions broke in the sky. « J’étais très bien comme j’étais, occupé à me détruire, et puis tu t’es pointée et tu m’as dis de me bouger, et pour la première fois de ma vie j’ai eu l’impression que quelqu’un en avait quelque chose à foutre de ma gueule et que cette personne méritait que je fasse des efforts. J’ai merdé sur toute la ligne je l’admets, t’imagines pas comme je regrette. Je t’aime, t’es tout ce que j’ai au monde... »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: JACK ♦ KEEP CALM AND BELIEVE IN MAGIC   

Revenir en haut Aller en bas
 

JACK ♦ KEEP CALM AND BELIEVE IN MAGIC

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Magic: the Parody
» Tournoi Magic BXL
» Peut-on être fondamentalement mauvais à Magic et le rester?
» Fin du programme Magic Player Rewards
» un site magic
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BURNING WITCHES :: 
time to take your responsabilities
 :: Show who you are. :: Welcome in town !
-